C E N T 💯

Écrit par le 14 septembre 2020

C’est avec un beau chiffre rond que la Tanière fait (presque) sa rentrée… A vrai dire, la saison 4 de la Tanière s’est lancée en mai, avec Malikal, qu’il n’est plus utile de présenter par chez nous – mais si besoin s’en fait sentir, vous trouverez, cher·es ami·es, des infos par ici !

Le fait est qu’en ce mois de septembre, Mélanie et Mathieu Hayet ont enregistré le centième live dans leur studio. De Bitiop à Yodi, de Vladimir Congo à Paris Désert, tou·tes ont eu droit à leurs photos et leur vidéo de live, et certains même à leur diffusion sur les ondes de Radio MdM !

L’histoire dit que La Tanière est née au sous-sol d’une maison familiale, dédié à la musique. C’était en mai 2017, à Biaudos, d’après une idée originale de Mathieu Hayet et Mélanie Soux, devenue, depuis, Mélanie Hayet.
Après que les nombreuses formations des frères Hayet ont défilé dans le studio d’enregistrement, ou la salle de répétition, Mathieu et Mélanie ont eu envie d’offrir à l’ensemble des musiciens de la région un outil de travail et différents supports de communication. Et c’est ainsi, porté par leur credo “la musique pour tous”, qu’ils ont convié une dizaine de groupes à Biaudos, pour enregistrer un live de 20 minutes (soit 4 ou 5 morceaux) qui est également filmé, de quoi satisfaire leurs passions respectives : quand l’un trouve sa voie dans la musique et l’enregistrement, après un BTS audiovisuel et des stages en radio, l’autre est passionnée de photographie et de musique, le tout renforcé par leur amour commun pour les concert live à regarder à la télé… Après les réglages techniques de Mathieu, les trois caméramans (histoire de famille jusqu’au bout : Patrick Soux vient aider dès que le besoin se fait sentir !) aujourd’hui équipés de 3 caméras et 3 go-pro, passent leurs jeudis soirs à chercher le bon angle pour le montage final que l’on retrouvera les mercredis suivants sur la chaîne Youtube “La Tanière Records !”
“Au bout du dixième groupe, Mat’ m’a dit on attend maintenant, on verra si des groupes nous contactent” se souvient Mélanie, 80 enregistrements plus tard ! Après ces 10 premiers, la Tanière a débuté sa saison 2 dans une autre maison de famille : à Saint-Perdon, en mars 2018. La grange qu’occupaient autrefois les vaches de la famille Soux a été transformée en un studio au cachet fou qui offre aux musicien·es en action, un écrin brut et épuré à base de pierres apparentes et briquettes, sublimé par la hauteur sous plafond caractéristique des granges landaises. Et pour ne rien enlever au charme du lieux, avant de trouver ce studio, il faut prendre de sinueux petits chemins à travers les bois, passer sous les arbres pour atteindre l’airial, paisible, qui attend de se faire secouer par des notes biens senties.
L’association “La Tanière” qui porte le projet, propose aussi aux artistes des résidences sur quatre jours, d’écriture ou d’enregistrement, dans le cadre idyllique qui constitue son siège social. “C’est de l’éducation populaire ce que l’on fait ici, explique Mathieu. Les groupes payent pour tout aujourd’hui, nous on voulait leur offrir l’enregistrement d’un live, la vidéo et les photos qui vont avec, ça leur permet de démarcher des salles de concert, d’avancer”. Autour de cette approche éducative, la Tanière se lance à la rentrée 2019 dans une nouvelle aventure (sans abandonner le studio) avec Canopé 40, le Réseau de création et  d’accompagnement pédagogiques. Suite à un projet de création musicale réalisé à l’occasion de la fête de l’école de Saint-Perdon, et un concert le 21 juin pour Shakespear on Stage (Festival de théâtre en Anglais réalisé cette année avec le 40 et 64), ils ont eu l’opportunité de proposer quelques projets dont 4 ont été retenus pour travailler avec des classes du département, de la maternelle au lycée : mon corps est un instrument, sonorisation d’un conte audio, l’écolo-musique : jouer avec la récup’ et un atelier musique urbaine.
Mais pour que tous ces projets continus, Mathieu et Mélanie ont besoin de “clics” et de “like”, principalement sur leur chaîne YouTube, puisque comme le rappelait Mélanie : “c’est un projet alternatif, pas un studio d’enregistrement type. On (sur)vit sans subvention pour l’instant et l’argent que l’on rentre des résidence est directement investi dans du matériel”. Mais une fois les 1000 abonnements passés, ils pourront envisager des partenariats avec de grandes marques… Alors pour que l’aventure soit encore belle et longue, comme on dit à la Tanière : “Abonnez-vous !”.
article publié dans Sud-Ouest, en août 2019


Radio MDM Live

En direct

Titre

Artiste